Adapter l'affichage

Chauffage collectif : fonctionnement, avantages, date de mise en route

Les appartements sont souvent équipés d’un système de chauffage et d’eau chaude collectif. Mais comment optimiser son utilisation et réduire votre budget énergie ? Focus sur le fonctionnement et les avantages du chauffage collectif.

Comment fonctionne un chauffage collectif ?

Souvent présent dans les immeubles et habitations en copropriété, le chauffage collectif est un système de chauffage unique permettant une mutualisation des frais énergétiques entre les différentes habitations. Mais comment fonctionne-t-il ?

Le chauffage collectif repose sur une chaufferie, souvent située au sous-sol de l’immeuble. La chaufferie est constituée d’un ou plusieurs générateurs de chaleur (chaudière, pompe à chaleur, …).

La chaleur est ensuite acheminée vers chaque habitation. Il existe trois systèmes de distribution de chaleur différents :

  • le réseau de distribution monotube : encore présent dans les logements les plus anciens, il entraîne une répartition inégale de la chaleur entre les logements. Alimentés en série, les radiateurs en fin de boucle ont une eau plus froide car plus éloignée du système de chauffage.
  • le réseau de distribution bitube : Ce système d’installation est le plus utilisé. L’eau chaude de la chaudière circule vers les émetteurs de chaleur situés dans les logements. L’eau refroidie retourne alors vers la chaufferie pour être réchauffée à nouveau.
  • le chauffage individuel centralisé ou CIC : chaque logement est fourni en eau chaude par son propre réseau de distribution. Chaque habitation est reliée à la chaufferie par sa propre colonne montante.

Puis, lorsque la chaleur est acheminée jusqu’au logement, elle est diffusée avec les émetteurs choisis par le propriétaire. Il peut s’agir de radiateurs classiques ou d’un plancher chauffant par exemple.

Quelle répartition des frais ?

Une idée reçue, bien ancrée, voudrait qu’un chauffage collectif empêcherait de connaître sa propre consommation, et ne permettrait pas de payer selon sa propre consommation d’énergie.

Or, depuis 1974, l’individualisation des frais de chauffage est obligatoire pour tout bâtiment fonctionnant au chauffage collectif. Il est donc possible de distinguer la consommation de chaque logement.

Aujourd’hui, deux dispositifs permettent de mesurer la consommation d'énergie de chaque logement. Tout d’abord, il existe des répartiteurs électriques placés sur les radiateurs pour mesurer la consommation en chauffage d’une habitation.

Sinon, un compteur d’énergie thermique, situé à l'entrée du logement, peut relever la consommation de chauffage.

Dans un système de chauffage collectif, la facture de chauffage comprend la consommation personnelle de chauffage, à hauteur de 70%, et les frais communs à tout le bâtiment ( entretien, consommation électrique de l’appareil…) à 30 %.

Les avantages

L’avantage principal du chauffage collectif est la mutualisation des frais. L’ensemble des bénéficiaires partagent les frais d’investissement et les frais de maintenance.

Aussi, le prix du combustible revient moins cher en raison de l’économie d’échelle. Les bénéficiaires n’ont pas besoin de gérer les investissements ou le fonctionnement du chauffage et toutes les décisions sont prises collectivement.

Enfin, ce système permet un gain de place dans le logement car le chauffage collectif ne nécessite pas de ballon d’eau chaude ou de chaudière à l'intérieur des logements.

Dates de mise en route ?

Généralement, le chauffage collectif fonctionne entre le 15 octobre et le 15 avril. Toutefois, il n’existe pas de réglementation nationale, et les dates peuvent donc varier d’une copropriété à une autre.

Les dates du chauffage collectif sont fixées par le syndic lors d’une assemblée générale de copropriété, ou sont directement notées dans le règlement intérieur.

Comment consommer moins ? / Avantages

Pour consommer moins lorsqu’on dispose d’un système de chauffage collectif chez soi, il faut adopter ces 7 gestes du quotidien :

  1. Purgez et dépoussiérez souvent vos radiateurs.
  2. Baissez la température de votre logement lorsque vous n’y êtes pas.
  3. Pensez à fermer les volets et rideaux la nuit, et avant de quitter votre domicile.
  4. Pour des économies d’eau, optez pour des réducteurs de débit d’eau, des mousseurs et des pommes de douche.
  5. Privilégiez les douches aux bains.
  6. Utilisez l’eau froide pour laver la vaisselle
  7. Diminuez le chauffage des pièces à vivre d’un à deux degrés. Sachez qu’en passant de 20 à 19°C, vous économisez 7 % d'énergie. Pour votre chambre à coucher, préconisez une température entre 16 et 18°C : tout en faisant un geste pour la planète, vous profiterez de meilleures nuits de sommeil !

Vous pouvez solliciter votre propriétaire ou votre syndicat de copropriété pour vous assurer du bon fonctionnement des installations de chauffage et d’eau chaude, via le contrat d’exploitation et de maintenance de la chaufferie. L’isolation du logement peut également jouer un rôle dans votre consommation d’énergie. N’hésitez pas à vérifier avec votre propriétaire ou votre syndicat de copropriété l’état de l’isolation du logement.


Questions fréquentes