Adapter l'affichage
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des CGU pour vous proposer une meilleure expérience utilisateur et récupérer des statistiques.
J'accepte
cle-de-repartition

Copropriété : qu’est-ce que la clé de répartition ?

Au sein d’un immeuble en copropriété, la question du paiement des charges est essentielle. Les sommes dues pour le bon fonctionnement des équipements font l’objet d’une répartition entre les copropriétaires. Pour une juste prise en charge de ces dépenses, des règles strictes entourent les modalités de partage des frais. On parle alors de clé de répartition des charges, un système encadré par la loi qu’il est nécessaire de respecter sous peine de sanctions. Si vous envisagez de devenir propriétaire, il est important de comprendre le principe de ce système pour éviter toute mauvaise surprise au moment du paiement des charges de copropriété.

Définition de la clé de répartition des charges

En tant que propriétaire d’un logement situé dans un immeuble, vous faites automatiquement partie du syndicat des copropriétaires. Cet ensemble constitue une personne morale dont la réunion annuelle permet de voter en assemblée générale des décisions relatives à la gestion de l’immeuble. Les copropriétaires ont l’obligation de payer des charges en fonction de la quote-part de parties communes en leur possession.

Le montant des charges est fixé dans le budget prévisionnel voté lors de chaque assemblée générale de copropriété. Le paiement se fait par provision, en général tous les trois mois, au moment des appels de fonds effectués par le syndic de copropriété. Pour déterminer ce que doit verser chaque copropriétaire, le règlement de copropriété mentionne une clé de répartition basée sur les tantièmes et millièmes possédés par chacun d’entre eux. Afin d’éviter tout abus, ce calcul est encadré par la loi de 1965 (article 10).

Les différents types de charges

La clé de répartition des charges prend en compte trois grands types de frais dans une copropriété. Cela concerne les charges dites générales, spéciales et exceptionnelles.

Les charges générales regroupent les dépenses courantes qui vont servir à faire fonctionner de manière normale l’immeuble. Elles ont trait notamment au nettoyage des parties communes, aux coûts relevant de l’éclairage ou bien encore aux honoraires versés au syndic de copropriété. Selon leur quote-part, chaque copropriétaire doit s’acquitter de ces frais.

Les charges spéciales s’appliquent plus spécifiquement aux frais de fonctionnement des équipements utilisés en commun comme le chauffage ou l’ascenseur, le cas échéant. Il est à noter que la clé de répartition des charges d’ascenseur n’inclut pas les copropriétaires qui n’en ont pas l’usage. Dans les faits, un copropriétaire situé au rez-de-chaussée n’aura pas à payer pour l’entretien et la réparation de l’ascenseur.

Les charges exceptionnelles désignent les dépenses imprévues qui font l’objet d’un vote direct en assemblée générale. Il peut être question à ce titre de travaux d’ampleur, de réparations urgentes ou d’études techniques obligatoires.

La modification des règles de copropriété

La clé de répartition des charges d’un immeuble est indiquée dans le règlement de copropriété. Elle peut être modifiée à la demande d’un des copropriétaires. Trois solutions sont envisageables dans ce cas. Un copropriétaire qui souhaiterait revoir le système de calcul de la répartition des charges peut inscrire cette question à l’ordre du jour lors d’une assemblée générale. Le vote doit être unanime pour qu’un changement soit décidé. Une mise en conformité peut être demandée également si les règles appliquées ne correspondent pas à la loi de 1965. La majorité est suffisante pour obtenir la modification. Si un litige persiste, une procédure auprès du Tribunal Judiciaire demeure possible.

Les recours possibles

Tout syndic de copropriété se doit de suivre la réglementation en vigueur concernant la répartition des charges. En cas d’erreur ou de non-respect de ces conditions, c’est au syndic qu’il incombe de régulariser la situation. Il lui faudra alors rembourser un éventuel copropriétaire lésé qui aura payé plus que la somme due d’après le règlement. Si vous êtes copropriétaire et que vous estimez avoir subi un préjudice, vous pouvez poursuivre le syndic pour faute de gestion. S’il n’a pas mené à bien sa mission, un syndic de copropriété peut être révoqué et remplacé par un autre gestionnaire.

Dispositions en cas de vente

La clé de répartition des charges est un élément à faire connaître à l’acquéreur en cas de vente. Si vous décidez de vendre un lot en copropriété, vous devrez communiquer les règles concernant le paiement des charges dans le cadre du droit d’information de l’acheteur. Ces renseignements doivent être transmis avant que ne soit signé l’acte authentique de vente. Si les informations s’avèrent erronées, une annulation de la vente peut être demandée par l’acheteur, il est donc important d’être à jour quant au règlement de copropriété.